Livraison rapide et gratuite avec tout achat de 50$ ou plus

Or

L’or (du latin aurum, qui a donné l’adjectif aurifère, du grec chrusos (chrysanthème, fleur d’or, etc.); du germanique gold, geld, gyld) est un élément chimique du tableau périodique de symbole Au et de numéro atomique 79. Avec une densité de 19,4, il est également l'un des plus lourds des métaux communs; plus de deux fois plus lourd que l’argent ou le plomb. Puisque l’or est chimiquement inerte, il résiste à l’oxydation et à d’autres changements qui diminuent la brillance des autres métaux.

Il n'est pas simplement recherché pour sa rareté, mais également pour sa gamme de belles couleurs, le caractère distinctif de sa lueur métallique douce, sa résistance à la ternissure et de sa facile malléabilité.

L’or est si mou et malléable qu’une once (1 once = 31,1035 g) peut être étirée en un fil 50 miles de long, ou être martelé en une feuille si mince qu’elle couvre 100 pieds carrés. Un lingot d’or standard pèse environ 400 onces, donc environ 12,5 kg.

 

La pureté de l'Or

L’or de joaillerie est mélangé à un ou plusieurs autres métaux pour augmenter sa rigidité et peut présenter des teintes blanches (or blanc) ou rouges (or rouge) selon le type d’alliage qui le constitue (argent, cuivre, etc). La couleur de base du métal pur est le jaune à reflets complexes que l’on connaît naturellement comme doré dans la langue française.

L’or pur (sans alliage) a été utilisé dans certains bijoux asiatiques, qui ont donc la particularité d’être déformables, ce qui les limitent à des formes simples : bracelets en torsades par exemple.

Pourcent d'or 37.5% 41.7% 58.5% 75% 100%
Amérique 9 kt 10 kt 14 kt 18 kt 24 kt
Monde 375 417 585 750 999

 

Normes de l'or

Les règlements légaux régissant l’inscription des bijoux en or ont commencé en Angleterre dès l’an 1239. En cette année, une loi a été décretée pour établir une procédure afin d'authentifier la pureté de l’or utilisé dans divers articles de bijoux. Le procédé a comporté l’utilisation d’une marque officielle, qui était frappée sur l’objet. Ce procédé prenait place chez Hall, un orfèvre à Londres ou à l’un des nombreux bureaux britanniques d’analyse du gouvernement. Ces "marques de Hall" ont introduit une nouvelle pratique, qui a été depuis reproduite dans pratiquement chaque pays civilisé du monde.

Aussi remarquable que soit la loi, aussi remarquables étaient les pénalités et les punitions graves infligées envers les contrevenants. Par exemple, en 1397 deux fondeurs d’or, condamnés pour avoir employé de faux poinçons sur leurs articles, ont été condamnés à se faire clouer les oreilles au pilorie dans lequel elles avaient être placées. Des peines semblables ont été appliquées dans la plupart des autres pays pour des délits de ce type.

*/?>